L’acide hyaluronique est particulièrement utilisé en cosmétologie et en médecine esthétique. Toutefois, s’il paraît inoffensif au premier abord, il peut occasionner quelques effets secondaires.

L’acide hyaluronique, une molécule produite naturellement par le corps

L’acide hyaluronique est stocké naturellement dans l’organisme, notamment sur les articulations, les yeux et les os. Avec l’âge, le taux de cette substance diminue de façon nette. À partir de 50 ans, le taux d’acide hyaluronique se trouvant dans le corps est en effet divisé par deux. Aujourd’hui, cette molécule constitue un véritable concentré de jouvence pour tous ceux et celles qui souhaitent gommer les dommages causés par le temps qui passe.

En injections ou en gélules à ingérer, l’acide hyaluronique est une alternative douce à la chirurgie invasive. Il aide à retendre les tissus et à hydrater l’épiderme en profondeur. En gélules, l’acide hyaluronique agit comme un supplément nutritionnel afin d’en augmenter l’apport dans le corps. Sur le long terme, la peau devient plus souple et hydratée et les tissus cutanés, plus souples.

Les injections, en traitement ciblé, aident certaines parties du visage ou du corps à retrouver du volume. L’effet peut être constaté dans les 24h suivant l’injection. L’acide hyaluronique constitue aussi un excellent hydratant, en particulier lorsque la peau perd de son élasticité.

Cette molécule peut être utilisée sur tous les types de peaux. Les personnes ayant un derme jeune appliquent l’acide hyaluronique pour prévenir les premiers signes liés au vieillissement de l’épiderme. La peau conserve une texture lisse et les poches sous les yeux sont réduites. Les peaux matures ont besoin de l’acide hyaluronique pour éliminer les petites imperfections constatées sur le visage.

Les risques liés à l’acide hyaluronique

Le principal danger que présente l’acide hyaluronique, que ce soit sous forme de crème, de sérum ou d’injection, vient de sa forme synthétique. Cette molécule peut en effet occasionner des réactions allergiques, comme des inflammations aiguës ou chroniques de l’épiderme. Mais les cas d’allergies sont rares. Généralement, ces allergies se traduisent par des démangeaisons, des rougeurs, des hématomes, des œdèmes et une sensibilité accrue de la peau.

En temps normal, l’acide hyaluronique ne présente  aucun danger, en particulier s’il est pris par voie orale ou appliqué sur la peau de manière appropriée. Toutefois, des précautions sont à prendre lors de son utilisation en période de grossesse ou d’allaitement.

En somme, l’acide hyaluronique est de prime abord très fiable, car l’organisme en contient. En revanche, l’application de cette molécule lors d’une intervention chirurgicale requiert des précautions. Les injections à l’acide hyaluronique peuvent engendrer quelques complications postopératoires.

Dans les cas sévères, l’acide hyaluronique cause l’apparition de granulomes ou de petites boules sur la peau. Ces dernières sont inesthétiques et douloureuses. Elles disparaissent cependant dès que l’acide hyaluronique injecté se résorbe de façon naturelle dans le corps, soit après 3 à 6 mois.