Le ronflement n’est pas une maladie en soi. Les ronfleurs n’ont pas réellement conscience de leur situation. Toutefois, cela cause un grand désagrément à son entourage.

En France, on a compté près de 40 % des personnes âgées qui ronflent régulièrement pendant leur sommeil. Ce taux diminue à 13 % chez les jeunes de plus de 25 ans.

Quels sont les facteurs du ronflement ? Quelles conséquences engendre-t-il ? Quelles solutions peut-on en déduire ? Les réponses !

Le ronflement : de quoi s’agit-il exactement ?

Durant la nuit, nous pensons souvent qu’un désagréable grognement provient du Sommier de notre lit ou du matelas-90×190 sur lequel on dort. Mais il vient en fait de notre partenaire.

Chez certaines personnes, la luette, la langue et le palais mou ont tendance à se distendre pendant le sommeil. Ce relâchement obstrue le passage de l’air dans l’organisme. Ce qui produit un bruit très déplaisant.

Pendant qu’on inspire de l’air, ce dernier fait résonner les tissus de ces organes buccaux. Cette vibration provoque principalement le ronflement.

Les causes du ronflement

Le grondement est dû au vieillissement de l’organisme. Ce problème est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.

À part l’âge, les études ont aussi démontré d’autres facteurs qui favorisent ce bruit. Parmi ces causes, on compte :

  • La congestion nasale (rhume, allergie, etc.),
  • L’alcool,
  • Le tabagisme,
  • L’obésité,
  • La grossesse,
  • L’inflammation des amygdales.

Les répercussions du ronflement

Le ronflement engendre des pathologies conséquentes qu’il faut prendre en considération. Elles sont dues généralement à des complications.

Les bruits du ronfleur peuvent occasionner :

  • L’apnée du sommeil (un engorgement de la voie respiratoire) ;
  • La perte de mémoire (des troubles cognitifs) ;
  • Des affections cardiovasculaires (un artériopathie).

Quelques solutions pour réduire le ronflement

Vous devez savoir qu’il est possible de limiter l’intensité du ronflement, voire de l’arrêter définitivement.

Il existe des moyens pratiques qui permettent de diminuer graduellement ce grognement. Vous pouvez aussi opter pour des traitements pour libérer votre conduit respiratoire.

Des astuces naturelles

Pour éradiquer la promiscuité sonore, vous pouvez utiliser des recettes de grand-mère. Ces traitements naturels sont principalement destinés à libérer la voie respiratoire entre les orifices nasaux et la trachée.

Pour ce faire, vous pouvez concocter :

  • Un cataplasme d’argile ;
  • Une infusion de gingembre ;
  • Un oléagineux de menthe poivrée ;
  • Une infusion de trigonelle.

Privilégier l’hygiène

Si vous voulez arrêter de ronfler, il est indispensable d’adopter une hygiène de vie saine. C’est dire que vous devez cesser la prise de tabac, la consommation d’alcool et la prise des substances tranquillisantes.

Il est aussi primordial de privilégier une alimentation saine et équilibrée pour éviter une prise de poids excessive. De plus, vous devez nettoyer régulièrement vos draps et vos oreillers.

Utiliser des appareils pour prioriser le passage d’air

Pour accroitre le passage d’air dans l’organisme, les médecins mettent à votre disposition des outils très efficaces. Il s’agit particulièrement des orthèses anti-ronflements, des bandelettes nasales ou encore un humidificateur d’air.

Les traitements chirurgicaux

En dernier recours, pour éviter les risques de complication, vous devez consulter votre médecin pour une intervention chirurgicale.

Bien se positionner

Pour obtenir un bon sommeil récupérateur, il importe de bien se positionner dans le lit. Notamment si vous êtes un ronfleur, évitez de dormir sur le dos.

Pour libérer votre conduit respiratoire, essayez de vous coucher sur le ventre ou sur le côté. Pensez aussi à vérifier la ténacité de votre Sommier et choisissez un matelas-90×190.