Mise à part la nécessité de disposer d’un bon vélo de course, une course cycliste est une activité qui nécessite également beaucoup d’endurance et de concentration. Il est tout aussi important de s’échauffer correctement avant l’épreuve. Justement, comment procéder pour s’échauffer efficacement avant une course cycliste ?

Pourquoi s’échauffer avant une course cycliste ?

Un manque d’entraînement avant une course cycliste peut non seulement engendrer un manque de performance, mais aussi des problèmes de santé. Il faut savoir en effet que les muscles ont besoin d’être oxygénés correctement avant une compétition pour pouvoir bouger sans peine. Et pourtant, le cœur ne peut pomper le sang assez vite lorsqu’il est à froid, ce qui veut dire que le sang ne circulera pas plus vite, et que l’oxygène venant des poumons tardera à parvenir jusque dans tous les muscles.

Pire encore, les muscles produisent de l’acide lactique, et sans une bonne oxygénation les toxines ne font que s’accumuler. Concrètement, vos performances seront en conséquence loin d’être au niveau souhaité, et il ne sera pas rare que vous soyez loin derrière le peloton.

Première partie de l’échauffement : la mise au vert

Au cours de cette première partie de l’échauffement, il faut réaliser quelques exercices d’assouplissement en douceur, pour monter le rythme peu à peu. Cela permet alors aux muscles de se réveiller, et au cœur d’adopter un rythme plus élevé de manière à pouvoir permettre une bonne oxygénation de tout le corps. Il faut que ces exercices d’assouplissement durent une bonne vingtaine de minutes, car c’est le temps nécessaire pour tous les muscles de se mettre en phase et de se réveiller pour la course cycliste.

Deuxième partie : élimination de l’acide lactique

Nos muscles produisent de l’acide lactique lorsqu’ils manquent d’oxygène et qu’ils ont épuisé leurs réserves. Comme ce déchet peut entraîner des crampes ou des douleurs musculaires pendant l’effort, il est important de l’éliminer. Pour cela, il faut faire en sorte que le cœur pompe le sang plus vite, car plus le sang circule vite plus les muscles sont approvisionnés en oxygène. Pendant environ dix minutes, il faut alors s’échauffer plus intensément, faire quelques sprints et maintenir un rythme soutenu pendant deux à trois minutes.

Troisième partie : la relaxation

Avant de prendre le départ, il est important de faire le vide. Cela ne prend que deux minutes avant la course. Pendant ce temps, le corps n’a pas le temps de se refroidir, et il faut en profiter pour se défaire de tous les éléments qui pourraient perturber la course cycliste. Le temps est alors à la relaxation. Il faut faire de longues séries de respirations, tout en marchant. Ainsi, vous restez chaud tout en étant zen. Et une fois que vous rejoignez la ligne de départ, vous serez totalement prêt à affronter la course, car votre corps comme votre esprit est en phase avec la course.

En vue d’une course cycliste, l’échauffement n’est pas à prendre à la légère si l’on veut se donner toutes les chances d’avoir un bon résultat. En effet, les exercices qui précédent le départ vont conditionner le corps et l’esprit de manière à être efficace. Et c’est justement le but recherché.

Article similaire